Jake LaMotta

Publié le : 26/11/2018 18:56:31
Catégories : Gangster, Mafia

New York, là où tout commence pour Jake LaMotta. Comme son nom et comme sa trogne, son sang est italien. Et chez les LaMotta, on est pas venu aux USA pour la rigolade. La violence, c'est le quotidien de Jake. L'argent et la violence, encore et toujours...
Tout jeune, pour payer le loyer, son père organise des combats entre son fils et les gamins du quartier. Il force son propre fils à coller des danses aux mômes du coin pour une poignée de dollars. Et Jake est doué. Il faut dire qu'avec le nombre de bastons qu'il a à son actif, avec son frère ou avec d'autres, ses qualités arrivent vite aux oreilles des gérants des salles du quartier. Les portes des "gyms" s'ouvrent à lui.

Un jour, un braquage de bookmaker tourne mal. C'est la folie totale. Ca crie, ça gueule. Il pète un plomb et allonge le bookie. Pas avec ses poings mais à grand coup de barre de fer. Il le cogne si fort qu'il est certain de l'avoir tué. Totalement paniqué, l'adolescent met un point final à son histoire avec la pègre du quartier.
A l'âge de 19ans, et parce qu'il a toujours besoin d'argent, Jake LaMotta passe pro, directement chez les grands.

Sac Cuir Vintage modèle Ventury

https://hoffa.ch/fr/exclusive/12-ventury.html
Sac cuir Ventury

Avec un palmarès de 25 victoires, 2 nuls et 4 défaites (dont deux contestables contre Jimmy Reeves et notamment le 24 septembre 1941, où LaMotta envoie Reeves 4 fois au tapis dans le 10ème round), il peut enfin défier la référence mondiale de la catégorie, le grand Sugar Ray Robinson.

Le premier combat d'une longue série entre les deux hommes à lieu le 2 octobre 1942 à New York, dans un Madison Square Garden plein (12 784 spectateurs). LaMotta prend une leçon. Sur les 10 rounds, il en perd 7. Il encaisse, comme à son habitude, mais cette fois pas de révolte possible face à la boxe implacable de Robinson. Il reste sur ses pieds, et ça, c'est déjà une victoire face à Sugar. Robinson n'arrive pas à mettre LaMotta au tapis. Robinson le cogneur, 35 combats, 27 victoires par KO ou TKO se heurte à un petit rival sans talent.

Malgré tout son talent, malgré la peur qu'il inspire aux cadors de sa catégorie depuis sa victoire sur Robinson, malgré son style, le titre ne se présente toujours pas.

C'est alors que la pègre de New York intervient. Le marché est simple : s'il se couche contre Billy Fox, il aura sa chance mondiale. Seulement, se coucher, LaMotta ne sait pas faire. Et Billy Fox est un tocard. LaMotta racontera dans son livre : « Dans le premier round, je lui mets quelques directs et je vois ses yeux devenir vitreux. Mon Dieu ! Un ou deux coups et il va tomber ?! Je commence à paniquer : je suis sensé me faire battre par ce gars, mais je crois que je vais devoir le retenir pour qu'il reste sur ses pieds.»
Au quatrième round, LaMotta s'écroule. Il bluffe si mal que tout le stade comprend. « Si quelqu'un dans le Garden n'a pas compris ce qu'il se passait, c'est qu'il était ivre mort. »
Si la pègre est ravie de ce combat fructueux, la Commission athlétique de l'état de New York puis le FBI ne sont pas du même avis. La preuve de la tricherie est rapidement faite et LaMotta, le boxeur dont le nom est désormais lié à la Mafia est suspendu 7 mois. En larmes dans les vestiaires après le combat, le Taureau du Bronx a honte. Mais il tient sa chance mondiale.

Le Bronx, l'enfer de Jake. Après ce titre, le plus dur commence pour LaMotta : arrivent rapidement la drogue, l'alcool, le divorce avec sa femme. S'il combat toujours et que les victoires s'enquillent, sa jalousie maladive et sa violence font exploser tous les liens qu'il a avec le monde "normal". Il bat presque à mort son meilleur ami qu'il soupçonne de coucher avec sa femme. Il boit de plus en plus… Le Bronx et tous les problèmes qui vont avec, lui colle à la peau.

Source Overblog.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)